Livre et numérique : état des lieux

/ mars 10, 2017/ News/ 0 comments

Livre et numérique : on en est où ?

La musique est clairement aujourd’hui consommée avant tout sur support numérique : Spotify, Deezer… sans compter le visionnage de clips sur Youtube. Le cinéma est passé au numérique également – on ne peut que citer le succès retentissant de Netflix. Il semble que le livre peine à suivre la même trajectoire. Qu’en est-il réellement ? Petit tour d’horizon.

Livre numérique : des chiffres plutôt encourageants

En réalité, la consommation de livres – en général – et de livres numériques – en particulier – se porte plutôt bien en France. Une étude Superdata pour Paypal, publiée le 6 mars enquête dans 10 pays (Allemagne, Etats-Unis, Emirats, Japon…) sur la consommation culturelle numérique. Surprise : la France se hisse sur la 3e place du podium, avec 41 € en moyenne dépensés par mois dans des biens culturels numériques (derrière l’Espagne, 46 €, et l’Allemagne, 44 €).

Sur ces 41 € mensuels, 13 € sont consacrés à l’achat de livres, numériques donc. 48 % des lecteurs numériques utilisent leur tablette, préférée à l’ordinateur, smartphone, ou même liseuse électronique.

Ces chiffres plutôt encourageants trouvent aussi leur explication dans le fait que la France lit beaucoup : la littérature compte pour 53 % du CA culturel français, affirme le SNE (Syndicat National de l’Edition). Mieux, en 2015, le marché de l’ebook représente 79 millions d’euros en France, avec plus de 10 millions d’exemplaires vendus.

Dernière avancée : l’initiative PNB (Prêt Numérique en Bibliothèque), avec 130 000 titres disponibles dans 2000 bibliothèques en France, Suisse et Bénélux, témoigne de la reconnaissance par les institutions du potentiel du livre numérique. Une reconnaissance qui reste cependant bien faible par rapport au poids du livre papier, grand roi de la littérature.

Le livre numérique toujours en quête de reconnaissance

Des maisons spécialisées en difficulté, des auteurs qui peinent à se faire connaître par le tout-numérique, des critiques qui continuent de bouder le support e-book au profit du papier-roi… la situation est encore bien éloignée de celle des autres arts, largement passés au numérique.

Le constat est simple : le livre numérique ne représente en 2015 que 6 % du marché global du livre en France, contre 20 % aux Etats-Unis. C’est très peu, à l’heure où on constate une profusion d’ouvrages sur les plateformes spécialisées (Amazon en tête). Plus grave, le seul format numérique ne semble pas parvenir à se suffire à lui-même : l’édition en ligne est souvent considérée comme un pis-aller, une solution par défaut, par des auteurs qui peinent à trouver un éditeur. D’où un discrédit par la critique ?

 

Peut-être aussi, une large profusion d’ouvrages disponibles, qui rend difficile l’émergence des talents. Quoi qu’il en soit, le livre électronique reste largement à la traîne, en tout cas en terme de reconnaissance artistique. Un constat qui rend difficile l’accès au public par les auteurs, alors qu’Internet représente de formidables opportunités en termes de liberté de création.

Mise à jour : 10/03/2017
Rédacteur : Malo de Braquilanges, auteur du livre dont vous êtes la victime.

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>
*
*