Le livre tourne-t-il la page du numérique ?

/ octobre 11, 2017/ News/ 0 comments

KPMG vient de sortir son rapport d’analyse sur le marché du livre numérique en 2017. Malgré une légère augmentation de la pénétration du numérique dans l’offre des éditeurs, les véritables atouts du numérique peinent à convaincre la profession.

On continue donc nos bonnes habitudes d’observation du marché du livre numérique en décryptant les chiffres-clés du rapport KPMG 2017 !

De quoi parle-t-on ? 

  1. Une offre de livre numérique plus large en 2017
    1. Les éditeurs publient plus de numérique
    2. Le livre numérique, une porte vers un nouveau marché
  2. Le livre numérique : plutôt un accessoire
    1. L’audio ne parvient pas à se faire entendre sur le marché du livre
    2. Les livres enrichis très minoritaires
  3. Les innovations du livre numérique peinent à s’imposer

Une offre de livre numérique plus large en 2017

Les éditeurs publient plus de numérique 

Premier constat, il faut reconnaître que le livre numérique est de plus en plus utilisé par les éditeurs traditionnels. Derrière ce constat, on va voir qu’en réalité, le numérique fait toujours figure de stratégie annexe, tandis que le livre papier reste roi.

7 éditeurs sur 10 ont une offre numérique en France ! C’est une hausse de 7 points par rapport à 2014, donc une légère hausse de l’offre en termes de couverture du spectre littéraire total. A noter que les maisons qui ne proposent pas d’offre numérique sont plutôt réticents : 25% d’entre eux sont indécis, tandis que la plupart n’a pas de projet à court terme dans le numérique.

Le livre numérique, une porte vers un nouveau marché 

Pourquoi éditer en numérique quand on peut se contenter du papier ? Réponse des pros :

Pour 40% des éditeurs, le livre numérique est un moyen de capter un nouveau marché. Les lecteurs numériques ne seraient donc pas les mêmes que les lecteurs papier. Ou alors, les canaux d’acquisition seraient différents sur le numérique et permettraient à certains acteurs de s’imposer plus facilement, sans devoir supporter les coûts pour placer son livre en tête de gondole…

La rentabilité vient tout de même en deuxième position avec 25% des réponses, ce qui représente une hausse de 11 points par rapport à 2014. Le livre numérique est de plus en plus perçu comme une source stable et viable de revenus par les éditeurs.

Le livre numérique : plutôt un accessoire 

C’est ce que tend en tout cas à montrer l’étude : la stratégie numérique des éditeurs reste très largement une annexe à la stratégie « principale », le papier.

Seuls 27% des éditeurs disent proposer une partie de leur catalogue uniquement sous un format numérique. Le numérique n’apparaît donc pas comme une véritable alternative, mais plutôt un moyen supplémentaire de diffuser un livre, ou une stratégie annexe pour capter un marché différent. Il n’est en tout cas pas vu comme une route valable en soi.

Pire encore, 46% de ces éditeurs qui publient des livres 100% numériques indiquent qu’ils le font pour compenser un très faible tirage papier, ou pour donner une seconde vie à des ouvrages dont l’offre en librairie est épuisée.

Les innovations du livre numérique peinent à s’imposer 


Le livre numérique, surtout, n’est pas utilisé par les éditeurs pour ce qu’il peut apporter de plus par rapport au papier. En clair, les réelles innovations qu’il offre ne sont pas considérés comme économiquement viables, ou capables d’intéresser les lecteurs. Un constat qui pourrait changer certes, mais qui pour l’instant est sans appel.

L’audio ne parvient pas à se faire entendre sur le marché du livre

77% des éditeurs ne proposent pas leur livre en format audio dématérialisé. Chez ceux qui ont recours à cette offre, 50% l’éditent eux-mêmes, les autres font appel à des prestataires spécialisés et des intermédiaires. L’audio qui se présente comme une alternative viable et pratique à la lecture, notamment dans les transports en commun, par exemple, peine à se faire une place dans l’offre littéraire française.

Les livres enrichis très minoritaires

Dernier constat, seulement 32% éditent des livres numériques enrichis par rapport à la version papier. Le secteur est il est vrai en création et les acteurs continuent de tâtonner pour trouver la formule : cross-canal, pastilles interactives, insertions de vidéos ou de sons… ces réelles innovations, rendues possibles par le numérique, ne parviennent pas (encore) à convaincre les éditeurs. Elles sont souvent mal connues du grand public et peuvent donc laisser perplexe des professionnels qui ne trouvent pas de réel marché à la clé…

Le livre numérique est en progression dans le panel de l’offre littéraire française, et ce depuis plusieurs années. C’est un fait indéniable, mais on peut rester sceptique quant à la réelle plus-value artistique du numérique à l’heure actuelle : pour beaucoup d’éditeurs, le livre numérique reste un instrument de plus, annexe, accessoire, et ne constitue pas un véritable coeur de marché. C’est encore plus vrai pour les innovations du livre numérique qui peinent à trouver leur place dans l’offre littéraire globale. Des tendances à surveiller dans les années à venir, à mesure que l’audio et le livre enrichi parviennent (ou pas !) à trouver leur viabilité commerciale!

Mis à jour : 11/10/2017

Malo de Braquilanges, auteur du Livre dont vous êtes la victime 

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>
*
*