Comment écrire #4 : le thème du roman, c’est quoi ?

/ septembre 15, 2017/ Ecriture/ 0 comments

Je vous parlais dans un précédent article de trois niveaux d’écriture d’un roman. En résumé, je pense qu’on peut décomposer un roman en trois dimensions : le récit, d’abord, squelette et principal élément de structure du livre, le style ensuite, la manière de développer le récit, d’écrire, etc, et enfin le thème. Le thème serait en un mot le message du roman, une réflexion, une idée, une ambition stylistique, bref tout ce qui n’entre ni dans le récit à proprement parler ni dans le style.

C’est probablement la dimension la plus difficile à appréhender, parce que la moins directement palpable. C’est aussi le cas à la lecture : le récit apparaît évidemment tout de suite, et le style se goûte dès les premières lignes, même si le récit comme le style d’écriture doivent être bien travaillés. Le thème est souvent plus sous-marin. Il mérite donc qu’on s’y penche rapidement dans cet article.

On va parler de quoi ?

  1. Le thème dans le roman, c’est quoi ?
  2. Quelle place donner aux thèmes du roman ?
  3. Comment développer le thème d’un roman ?

Le thème dans le roman, c’est quoi ?

En cherchant à donner une définition du thème du roman, on se rend compte que la réalité est vaste et que le terme, en tout cas comme je le vois, peut recouvrir des éléments assez différents. Le premier exemple est évidemment le message, la réflexion, la thématique au sens premier du terme. Les enjeux de la mémoire chez Modiano par exemple, avec l’expérience traumatisante de la Seconde Guerre Mondiale.

Quoi d’autre ? Le thème peut aussi prendre une plus petite place dans le roman, je veux dire que l’auteur peut profiter du détour d’un chapitre pour évoquer tel ou tel sujet, endroit, situation qui lui tient à coeur. Surtout, il n’est pas forcément limité aux idées ou réflexions. Le thème recouvre aussi selon moi lieux, époque, situations, etc…

Et même le style. Plus précisément, quand le style du roman sera la façon d’écrire phrase après phras, le thème pourra être une ambition plus large, une façon d’écrire qui englobe alors le style proprement dit. Dans le livre dont vous êtes la victime, mon roman, il s’agit de la volonté d’écrire au “vous”. En tant que “défi” esthétique qui tient tout le long du livre, je trouve qu’il s’agit plus d’un thème que du style.

Une fois les frontières du thème fixées, comment le construire, quelle place lui donner dans le roman, par rapport aux autres composantes ? Comment trouver le bon équilibre pour développer un thème tout en conservant l’impératif de divertissement du roman ?

Quelle place donner aux thèmes du roman ?

Vous avez un ou plusieurs thèmes. Vous avez décidé que vous vouliez parler de la Révolution Russe, du cinéma de l’âge d’or hollywoodien, des fleurs des champs, peu importe. Comment organiser le roman pour articuler le thème avec le récit et le style ?

Naturellement, les composantes du roman vont travailler ensemble. Si vous voulez parler de 1917, donc, le plus évident est sûrement de placer tout ou partie de votre intrigue à ce moment là, à Moscou ou ailleurs. Donc, le plus évident, c’est de mettre le récit du roman au service du thème. D’accord, mais c’est peut-être aussi de mettre le thème au service du récit ? Je veux dire que dans les trois niveaux d’écriture (thème, récit, style), pour moi aucun n’est plus important que l’autre.

On retrouve la même chose pour le style, le style, pour moi, c’est ce qui va permettre :
de construire brique par brique le développement du thème
de mettre en lumière le thème par rapport au reste du texte
un peu à l’inverse, de lier le thème et le reste pour qu’il ne soit pas plaqué sur votre récit.

Très bien mais alors, comment développer le thème, concrètement ?

Comment développer le thème d’un roman ?

Concrètement, comment construire votre thème ? Il n’y a pas de recette miracle. D’une part, le thème s’impose un petit peu, puisque c’est ce dont vous avez envie de parler. Si vous avez envie de parler des conséquences de la Révolution Industrielle sur l’industrie textile, bon, vous allez sûrement placer tout votre roman sous cet aspect.
Pour ma part, le thème prend souvent la forme de question : qu’est-ce que la routine ? Qu’est-ce qu’un traumatisme ? Comment vivre après un épisode particulièrement violent ? etc etc. Parfois ce sont même des petites choses ou du moins des sujets que j’effleure un peu plus : envie de décrire une partie de Paris, envie de parler de l’importance des souvenirs, etc.

En conséquence, l’écriture va dépendre de l’importance de votre thème, de la place que vous lui faites, et surtout de la place que vous lui faites par rapport aux autres éléments du récit. Sans oublier toujours que thème, récit, style, travaillent ensemble. Surtout, sans oublier que dans l’idéal, contrairement à la géométrie à l’école primaire, on ne doit pas voir les traits de construction ? Le livre est une architecture, mais on ne doit pas pouvoir distinguer à l’oeil nu les murs porteurs et les simples cloisons ornementales. Sur ces magnifiques paroles inspirées et visionnaires, je vous laisse et vous fais des bisous.

PS : mon livre est dispo sur amazon si ça vous intéresse !

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>
*
*